Plan de rebond solidaire et écologique.

Un "Plan de rebond" de 55 millions d’euros mis en œuvre par le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis

Mercredi 8 juillet, le Département a voté un plan de rebond solidaire et écologique. Ce programme, d’un montant global de 55 millions d’euros, doit répondre à la crise économique et sociale faisant suite à la crise sanitaire qui a secoué le territoire avec l’arrivée du coronavirus. Une aide exceptionnelle au paiement des loyers, un soutien aux associations du territoire frappées par la crise ou porteuses de solutions et un fonds d’investissement pour une transition écologique figurent parmi les axes forts de ce plan de relance.

La crainte d’une deuxième vague… économique. Déjà secouée par la crise sanitaire à laquelle le territoire a payé un lourd tribut, la Seine-Saint-Denis redoute désormais les conséquences sociales d’une période qui a mis à mal les ressources de ses habitant·e·s et de ses acteur·rice·s territoriaux·ales.

Le riche tissu associatif et de PME qui constitue le département aura en effet du mal à encaisser la longue période d’inactivité imposée par le confinement. Et dans certains endroits du territoire, la population, dont 28 % vivait déjà en dessous du seuil de pauvreté avant la crise du coronavirus, se retrouve actuellement en grandes difficultés financières.

Pour tenter d’atténuer la déflagration de cette crise économique, le Département a donc décidé de se mettre en ordre de bataille, votant à l’unanimité ce mercredi 8 juillet un plan de rebond solidaire et écologique. « Malgré des incertitudes financières liées à la baisse constante des dotations de l’Etat, le Département a fait le choix de l’action pour répondre à la situation exceptionnelle provoquée par la crise sanitaire et ses conséquences économiques et sociales. Parce qu’il serait inconcevable d’attendre et de ne rien faire, le Département sera au rendez-vous dans les mois à venir comme il l’a été au plus fort de la crise », a ainsi souligné Stéphane Troussel, le président du Département.
Doté au total de 55 millions d’euros, le plan acté ce mercredi réunit trois grands fonds, possédant chacun une orientation différente : un fonds doté de 18,4 millions pour les habitant·e·s fragilisé·e·s qui doit notamment aider des locataires en difficultés financières à payer leur loyer, un fonds tourné vers le tissu associatif et en particulier vers l’économie sociale et solidaire, et enfin un fonds d’investissement pour des projets d’avenir possédant une forte dimension de développement durable.

Sachant qu’aucun domaine d’activité ne doit être laissé à l’écart : éducation, culture, sport, économie sociale et solidaire et bien évidemment solidarités... tous ces champs seront concernés par le soutien départemental.

Pour en savoir plus.

En documents joints, toutes les fiches "Mode d’emploi".

Ressources